AccueilAccueilS'enregistrerConnexion
Le Calendrier de l'Avent 2017 c'est par ici !!

23 Décembre

Ce cadeau vous est offert par Kaelig Lan.


Secret Santa




Tout ça c’était de la faute de Marc.
Voilà ce que se disait Maelle alors que ce dernier expliquait une dernière fois le principe du jeu. Mettre son nom sur un papier, le glisser dans une boite ou un bol puis l’un après l’autre tirer l’un des papiers. Et se retrouver le secret santa de la personne dont on avait pioché le nom. Ensuite ils avaient quinze jours pour trouver un cadeau et jouer les anges gardiens.
Quand Marc lui avait posé la question Maelle avait accepté, tout comme Amélie, Timoté et Becan. L’idée était plutôt sympa et franchement elle préférait offrir un seul beau cadeau que pleins de petits pourris. Mais ensuite il avait fallu qu’il propose à Devnet de se joindre à eux.
Elle ne faisait même pas partie de la bande… OK, elle en faisait quand même un peu partie.
Mais elle était avant tout la grande sœur de Becan. Et aussi accessoirement celle qui l’intimidait.
Celle qui l’impressionnait. Celle qui lui plaisait.
Maelle était déjà quelqu’un de réservé et loin d’être expansive, mais lorsque Dev était dans les parages, elle perdait tous ses moyens et devenait carrément mutique. Et ces dernier temps, la présence de Dev était devenue récurrente. Ce qui rendait Maelle nerveuse. Surtout quand l’aînée s’installait pile en face d’elle et la regardait chaque fois qu’elle levait la tête, lui souriant immanquablement de ce sourire amical et confiant. Chaque fois le cœur de Maelle s’emballait et durant une demi-seconde, elle retenait sa respiration. — Bon vous êtes tous d’accord du coup ? demanda une nouvelle fois Marc à leur petit g
roupe.
Tout le monde acquiesça, Maelle compris.
— Bien alors c’est partie.
Ils inscrivirent leur nom sur le bout de papier que Marc leur avait distribué. Ce dernier arracha le bonnet de la tête de Timoté.
— Bon ça devrait faire l’affaire comme contenant, dit-il en le regardant exagérément sous tous les angles.
— Mais je suis ravi de te rendre service Marc. En plus c’est demandé si gentiment, ironisa Timoté tout en passant une main dans ses cheveux mi-longs pour les recoiffer.
— Ah bonjour l’hygiène. T’as au moins vérifié qu’il n’y avait pas de bestioles dedans ? ajouta Emilie d’un air faussement dégouté.
Timoté lui fit une grimace à laquelle elle répondit par un immense sourire. Les blagues continuèrent jusqu’à ce que Dev prenne le bonnet des mains de Marc.
— Bon, ce n’est pas le tout, mais il faut que je retourne bosser, on s’y met ?
Elle récupéra les noms, les glissa dans le bonnet et le secoua.
— Je commence, dit-elle tout en plongeant la main pour en retirer un papier plié en trois.
Le cœur de Maelle s’emballa une nouvelle fois quand Dev lui passa le bonnet, leurs doigts se frôlant au passage. Elle tira à son tour un papier, puis passa le bonnet à Becan, qui le passa ensuite à Emilie, puis Marc et enfin Timoté qui récupéra le dernier papier avant de remettre son bonnet en place sur le dessus de sa tête. Dans un même mouvement ils déplièrent leur papier et regardèrent le nom inscrit dessus, chacun affichant un petit sourire énigmatique.
— C’est bon, personne n’a pioché son prénom ? demanda Becan.
Ils secouèrent tous la tête.
Maelle regarda une dernière fois le nom inscrit sur son papier avant de le glisser dans sa poche. Dans un coin de sa tête, elle avait espéré piocher le nom de Dev. Ça aurait été l’occasion parfaite de se rapprocher de la jeune femme, et pourquoi pas de trouver le courage de lui dire ce qu’elle ressentait.
Mais elle avait pioché le nom de Timoté. Ce qui en soit était très bien aussi, le garçon étant celui de la bande dont elle était le plus proche. Être son ange gardien et secret santa serait facile. Déjà une tonne d’idées se bousculaient dans sa tête.
Puis elle se demanda quel nom avait pioché Dev. À cette pensée, elle ne put s’empêcher de lui jeter un coup d’œil. La jeune femme s’était levée. Lorsque leurs regards se croisèrent, elle lui sourit.
Maelle le lui rendit tout en se sentant inutilement rougir.
— Bon je retourne bosser, dit Dev d’une voix égale, comme si de rien n’était. Vous voulez reboire quelque chose ?
— Nope, je vais y aller, répondit Emilie tout en se levant à son tour.
Les autres firent de même. Ils payèrent leur consommation et sortirent du café où travaillait Dev, seul Becan restant avec sa sœur. Ils marchèrent ensuite jusqu’au métro et se souhaitèrent un bonne fin de weekend. Lundi le jeu démarrerait.

*

Lorsque Maelle arriva ce matin-là, elle retrouva ses amis comme d’habitude devant l’entrée de la fac. Tout en discutant, ils se dirigèrent vers l’amphi où quelques étudiants étaient déjà installés. Bien qu’il n’y ait pas de place attitrée, le petit groupe avait l’habitude de s’installer toujours au même endroit. Ainsi en arrivant, Amélie lâcha un cri en découvrant posé sur la table où ils s’installaient, un gobelet en carton ainsi qu’un sachet posé à côté.
— Sérieux, y a déjà quelqu’un ?
La brune regarda autour d’elle, mais aucun étudiant ne semblait leur prêter la moindre attention. Becan, haussa les épaules et s’approcha avant de sourire.
— Amélie, pas la peine de sauter à la gorge de qui que ce soit. C’est le secret santa de Maelle qui a frappé.
La jeune femme fronça le sourcil alors que Becan lui tendait la boisson. Le gobelet était encore brûlant, signe que la personne venait tout juste de le déposer. Dessus, son nom était écrit avec une petite étoile dessinée en dessous. Prenant une gorgée, elle l’avala avec délice. C’était sa boisson préférée, épicée exactement comme elle l’aimait. S’installant à sa place, elle ouvrit le sachet et découvrit un scone à l’intérieur. Elle se tourna alors vers ses amis et les regarda un à un, se demandant lequel d’entre eux avait fait ça pour elle.
— Merci, dit-elle avec un sourire rayonnant avant de boire une nouvelle gorgée de sa boisson chaude.
— Franchement ce n’est pas juste, râla Amélie en s’asseyant à son tour. Moi aussi je veux que mon secret santa me fasse des cadeaux comme ça.
— Tu es beaucoup trop capricieuse pour ça, lui répondit Timoté en plaisantant.
— Mon dieu, j’espère au moins que ce n’est pas toi mon secret santa.
— Ne t’en fais pas, si j’avais pioché ton prénom j’aurais demandé à ce qu’on recommence.
Amélie lui tira la langue alors que les autres s’installaient également. Maelle regarda ses deux amis continuer à se chamailler en attendant que le cours démarre. Ils étaient sans cesse en train de se chercher, et n’importe qui au premier abord aurait pu croire qu’ils se détestaient, mais c’était en réalité tout l’inverse. À côté, Becan et Marc ne leur prêtaient pas la moindre attention, discutant tous les deux.
Maelle prit une bouchée de son scone. Elle était ravie de cette attention, mais éprouvait aussi une pointe de déception. Si elle avait reçu ce cadeau ici, c’était que Dev n’était pas son secret santa et qu’il s’agissait de l’un de ses amis. Au moins était-elle tombée sur quelqu’un d’attentionné. Et vue la réaction d’Amélie, elle pouvait éliminer son amie de la liste, la brune étant tout sauf bonne actrice.
Le reste de la journée se déroula normalement sans d’autres signes du secret santa de qui que ce soit.
Mais le lendemain, Maelle retrouva de nouveau à sa place une boisson chaude ainsi qu’une viennoiserie. Elle remercia de nouveau ses amis, sans savoir duquel d’entre eux il s’agissait, aucun des trois garçons ne laissant paraître quoi que ce soit. Puis à midi elle reçut un SMS d’un numéro qu’elle ne connaissait pas lui souhaitant bon appétit et signé secret santa. Cette fois ce fut Marc qui réagit.
— Bon sang mais t’es la seule à avoir un secret santa actif ou quoi ?
Il regarda le reste du petit groupe.
— Si c’est l’un d’entre vous mon secret santa, j’aimerais bien un peu d’attention. Pour info je n’ai pas fini mon devoir pour la fin de la semaine.
Becan éclata de rire.
— On parle de secret santa, pas d’un miracle de Noël.
Une partie de la discussion tourna ensuite autour de ce qu’ils aimeraient recevoir comme attention. Si pour le moment seule Maelle semblait être chanceuse, elle avait tout de même remarqué que Timoté glissait quelques compliments à Amélie discrètement dans les conversations, ce qui était loin d’être son habitude.
Puis, une fois la journée terminée, le petit groupe alla au café de Dev où ils la retrouvèrent en plein travail. Ils s’installèrent à une table libre, attendant que leur amie vienne prendre leur commande.
— Salut, ça va comme vous voulez ? demanda Dev.
Tout le monde alla de son petit commentaire avant que la conversation ne revienne au secret santa, Amélie racontant à Dev les petits cadeaux que recevait Maelle.
— C’est super cool de sa part, répondit la rousse en regardant Maelle avec un petit sourire.
Cette dernière acquiesça, les joues légèrement rouges.
— Oui j’ai un super secret santa.
Ils passèrent commande, la plupart de boissons chaude pour se réchauffer avec le froid qui s’était abattu depuis quelques jours. Lorsque Dev revint avec son plateau, ils remarquèrent que Marc avait eu droit à de la chantilly sur son chocolat chaud.
— Franchement tu n’es pas discrète, l’accusa Becan.
Dev éclata de rire.
— Bah quoi ?
— C’est le seul à qui tu ramènes un supplément chantilly, ajouta Timoté.
— Ouais mais c’est aussi le seul qui a l’air complètement malade.
Comme pour confirmer ses propos, Marc se mit à éternuer.
— Vous voyez ? Rien à voir avec le secret santa messieurs.
Dans l’heure qui suivit, il devint évident que Marc couvait bel et bien quelque chose.
— C’est pas un chocolat chaud que tu devrais prendre mais un grog, lui dit Becan.
Amélie posa main sur le front de Marc.
— Tu devrais surtout rentrer, tu es bouillant.
Marc acquiesça tout en se levant.
— Ouais, je vais aller me mettre au chaud, je suis KO.
Timoté se leva à son tour.
— Bouge pas je rentre avec toi.
Il alla payer et revint dire au revoir avant de soutenir son meilleur ami pour l’aider à rentrer à l’appartement qu’ils partageaient tous les deux. Les autres ne tardèrent pas à rentrer à leur tour. Les trois jours suivants, Marc fut absent, de même que le secret santa de Maelle. Il devint alors évident que le jeune homme était celui qui avait tiré son nom dans le bonnet. Puis à partir du samedi, les messages recommencèrent. Et dès le lundi, Maelle eu de nouveau droit à ses petits déjeuners offerts, sous les moqueries de ses amis et les négations de Marc quant à son rôle pourtant évident.
Malgré les dénégations de Marc, pour Maelle les jeux étaient faits. Du moins jusqu’à ce que son secret santa ajoute un nouveau cadeau quotidien dès le lundi soir.
Alors qu’elle rentrait chez elle et passait par la boîte aux lettres, Maelle découvrit une enveloppe qui avait été déposée et non envoyée. L’ouvrant tout en montant les escaliers, elle découvrit un simple bout de papier découpé sur lequel apparaissait le morceau d’un dessin élaboré. Au fond de l’enveloppe se trouvait un second bout de papier. Une simple bande cette fois, sur laquelle étaient écrits les mots un simple cadeau.
Maelle fronça les sourcils.
L’enveloppe venait clairement de son secret santa, comme en attestait l’écriture qui était la même que sur les gobelets, ou encore l’étoile qui était dessinée sur l’enveloppe. Hors Marc ne savait absolument pas dessiner. D’ailleurs, la seule du groupe qui avait un talent de dessinatrice, c’était Dev. Le cœur de Maelle s’emballa. Se pouvait-il que la jeune femme soit en réalité son secret santa ? Dans ce cas, elle avait forcément reçu l’aide de quelqu’un pour lui apporter les petits déjeuners. Celle de Becan peut être. Pourtant son ami n’avait rien laissé paraître et avait semblé tout aussi surpris par les attentions qu’elle avait reçu.
Accrochant le morceau de dessin à son mur avec un peu de pate à fixe, Maelle décida de se montrer patiente. Nous étions lundi soir et ils devraient s’offrir les cadeaux vendredi après les cours. Elle découvrirait à ce moment-là le fin mot de l’histoire. Prenant son mal en patience, elle s’attela à continuer la confection du cadeau qu’elle avait prévu pour Timoté.
Le mardi elle reçut un nouveau morceau du dessin accompagné d’un petit mot c’est une. Maelle avait gardé la première bande précieusement, et elle ajouta la seconde. Visiblement il s’agissait d’une phrase qu’il lui faudrait reconstituer. Cela se confirma le mercredi quand elle reçut cette fois Ceci n’est pas. Si la personne suivait la logique du dessin, Maelle aurait le dernier mot le lendemain, et elle pourrait ainsi reconstituer la phrase en même temps que le dessin. Au sein du groupe, les attentions se multipliaient et les conjectures allaient bon train sur l’identité de chaque santa. Puis le jeudi, alors qu’Amélie proposait d’aller boire un verre, Maelle déclina l’invitation.
Chez elle l’attendait le dernier morceau du dessin. Et avec un peu de chance, cela lui permettrait de deviner de qui il s’agissait. Dès qu’elle arriva, elle se précipita sur la boîte aux lettres et y découvrit l’enveloppe tant attendue. Montant les escaliers à toute vitesse, elle claqua la porte et ouvrit le courrier. Dedans se trouvait les derniers bouts de papiers. Délicatement, elle colla le dernier carré au mur avec les autres morceaux.
Le dessin représentait un petit paquet cadeau tenu dans le creux d’une paire de main féminine. Le coup de crayon était maîtrisé, délicat. Le dessin en lui-même était magnifique. Pour autant, il n’aidait pas Maelle à comprendre où voulait en venir son secret santa. S’intéressant enfin au second papier, elle lut dessus le mot déclaration. Allant chercher les autres mots, elle reconstitua rapidement la phrase et la lut à plusieurs reprises, son regard faisant le va-et-vient entre le dessin et la phrase. Est-ce qu’elle avait vraiment mis les mots dans le bon ordre ? L’auteur avait fait en sorte de laisser des indices avec la majuscule et le point. Il ne pouvait donc pas y avoir d’erreur. Maelle relut la phrase une nouvelle fois.
Ceci n’est pas un simple cadeau, c’est une déclaration.
Son cœur battait la chamade et des papillons se formaient au creux de son estomac. La qualité du dessin ainsi que la paire de mains féminine laissaient à penser que son secret santa était une femme. Et s’il ne s’agissait pas d’Amélie, alors il ne restait plus que Devnet. Pour autant, Maelle n’arrivait pas à y croire. Elle se força à se calmer et à retrouver ses esprits. Cela ne servait à rien de trop espérer. Si elle se trompait, elle serait horriblement déçue. Décidant de s’occuper l’esprit à autre chose, elle termina de fabriquer le cadeau de Timoté.
Cette nuit-là, elle eut toutefois du mal à dormir. Le lendemain, la journée fut horriblement longue à son goût.
Quand enfin ils se retrouvèrent au café, Dev installée autour de la table avec eux, Maelle se sentait fébrile. Son ventre était noué, ses mains moites. Elle aurait voulu que tout ça soit déjà terminé. À côté d’elle, Amélie semblait impatiente et survoltée.
— Bon, monsieur l’organisateur, dit-elle en s’adressant à Marc. On s’y met ? Tu veux qu’on fasse ça comment ?
— Ça va Amélie, soupira Timoté. Tu vas l’avoir ton cadeau.
La jeune femme soupira.
— Je veux surtout savoir qui est mon secret santa. J’aurais un ou deux mots à lui dire sur son travail d’ange gardien.
— T’es vraiment jamais contente.
— Bon et si déjà on sortait nos cadeaux ? proposa Becan en ignorant soigneusement la chamaillerie du duo qui l’entourait.
Hochant la tête, ils sortirent de leur sac les paquets. De son côté Dev se leva et alla chercher le sien derrière le comptoir. Lorsqu’elle revint, elle posa le cadeau sur la table. Le regard de Maelle s’attarda dessus et son souffle se coupa. C’était exactement le même emballage que sur le dessin qui était affiché chez elle.
Elle leva la tête. Dev la fixait en souriant et lui offrit un clin d’œil. Maelle déglutit et se rappela qu’elle devait respirer. Les minutes qui suivirent furent un black-out total, et elle ne revint à la conversation que parce qu’Amélie lui secouait le bras.
— Eh Maelle ! Tout va bien ?
La jeune femme détacha son regard de Dev et se racla la gorge.
— Oui, pardon. J’étais dans mes pensées. J’ai pas suivi ce qui se passait.
— Je te demandais si tu voulais commencer.
Maelle regarda son paquet.
— Ouais si vous voulez.
— Alors, de qui étais-tu le secret santa ? demanda Becan.
Prenant son cadeau, Maelle le tendit à Timoté.
— Joyeux Noël Tim.
Son ami prit le cadeau et l’ouvrit, découvrant un bonnet.
— Cool. Merci.
Maelle lui sourit.
— C’est moi qui l’ai fabriqué.
Timoté se pencha et l’embrassa. Il retira ensuite le bonnet qu’il portait et enfila celui de Maelle.
— Génial, il est trop bien.
— Bon, dit Amélie. Cesse de t’extasier sur ton cadeau et offre le tient.
— C’est demandé avec telle de gentillesse ma chère, répondit Timoté tout en tendant son paquet à Amélie.
Elle le regarda une demi-seconde avant de froncer les sourcils.
— Sérieux, c’était vraiment toi mon secret santa ?
Timoté tenait toujours son cadeau.
— Ouaip. Ça a été un réel bonheur comme tu t’en doutes.
— Punaise, moi qui me disais que mon santa n’avait rien fait pour moi. Mais en fait si, t’étais beaucoup trop sympa avec moi ces quinze derniers jours à me laisser avoir le dernier mot tout le temps.
Timoté lui offrit un sourire éblouissant alors qu’elle prenait le cadeau et l’ouvrait pour découvrir une paire de boucle d’oreille sur laquelle elle avait flashé quelques semaines auparavant. Elle sauta au cou de son ami.
— J’adore ! Merci beaucoup.
Timoté lui rendit son étreinte tout en riant.
— Ouais allez détends-toi. Ce n’est qu’un cadeau. Et je te préviens, la trêve de Noël c’est fini.
Amélie éclata de rire avant de tendre son cadeau à Becan.
— Et voilà, joyeux Noël.
Becan ouvrit son paquet. Amélie lui avait offert une place de théâtre.
— Cool, j’avais dit que je voulais la voir.
— Je sais, répondit Amélie. Et je te préviens, c’est moi qui ai la deuxième place.
Becan la remercia, puis se tourna vers Marc pour lui donner son cadeau, deux DVD de films dont Becan n’arrêtait pas de lui parler et que Marc n’avait jamais vu.
— Bon Marc. À ton tour. Toi qui a été le meilleur secret santa d’entre nous, qu’as-tu offert à Maelle ?
Le jeune homme éclata de rire tout en secouant la tête.
— Non mais depuis le début je vous dis que ce n’est pas moi le secret santa de Maelle.
Et pour appuyer son propos il tendit son cadeau à Dev.
Autour de la table le silence se fit alors que les uns et les comprenaient que Devnet était en réalité le secret santa de Maelle. De son côté Maelle avait le regard fixé sur la table, incapable de regarder la rousse dans les yeux.
— Putain Dev, s’exclama Timoté. T’es trop balaise ! Comment tu t’es débrouillée pour qu’elle ait un petit déj tous les matins sans qu’on te voit ?
Cette dernière éclata de rire.
— Bon je dois avouer que sur ce coup j’ai dû tricher. J’ai demandé de l’aide à Bec. C’est lui qui déposait la boisson pour moi.
— Becan, espèce de sale tricheur !
Sous l’accusation, le jeune homme éclata de rire.
— Et pour les messages ? demanda Amélie.
— Téléphone à carte prépayée.
— Dev, je te tire mon chapeau. À cause de toi tout le monde a cru que c’était moi !
— Ça c’est parce que j’ai profité du fait que tu sois malade au fond de ton lit pour faire une pause. Comme ça les soupçons se tournaient vers toi.
— Tu es machiavélique ! conclut Marc.
— Et toi Maelle, tu as eu des soupçons ? demanda Timoté.
Cette dernière leva la tête tout en la secouant. Elle n’avait rien su. En tout cas pas avant que Dev ne sorte le cadeau.
— Bon aller Dev. Ouvre ton cadeau et ensuite offre le sien à Maelle.
La serveuse s’exécuta et ouvrit son cadeau découvrant une broche pour ses cheveux. Elle tendit ensuite le paquet à Maelle qui le prit d’une main tremblante.
— Joyeux Noël Maelle.
Cette dernière lui jeta un regard. Dev semblait légèrement fébrile, son regard brillant d’une lueur inquiète. Et soudain Maelle ne ressentit plus la moindre once de peur. Devnet avait fait le premier pas. Elle avait fait ce qu’elle-même n’avait jamais osé faire. Elle lui avait déclaré ses sentiments. Ouvrant le paquet, Maelle déballa un livre d’une édition ancienne des fleurs du mal de Baudelaire. Elle l’ouvrit pour le feuilleter, et découvrit sur la page de garde l’écriture souple et déliée de Dev. Ceci n’est pas un simple cadeau, c’est une déclaration d’amour. Maelle sentit alors les larmes lui monter aux yeux. Elle releva la tête et plongea son regard dans celui de Dev et lui sourit. Un sourire éclatant. Un sourire dans lequel elle mit tout l’amour qu’elle ressentait pour la rousse. En face, Dev se détendit et elle la vit lâcher un soupir discret.
— Merci beaucoup Dev, c’est magnifique.
— De rien. Je savais que c’était l’un de tes poètes préféré.
— Bon c’est pas le tout, mais je boirai bien un coup moi, lâcha Marc, brisant ainsi l’instant entre les deux femmes.
Dev se leva.
— Vous buvez quoi ?
Une fois les commandes prises, Dev repartit derrière le bar. Maelle aurait voulu pouvoir discuter avec elle et partager ses sentiments de vive voix, mais c’était vendredi et rapidement le café s’était rempli. Le petit groupe passa la soirée à boire, discuter et plaisanter.
Plus tard, alors que tout le monde était parti et qu’il ne restait plus que Dev pour fermer le café, quelques coups à la porte retentirent. La serveuse leva la tête et découvrit Maelle de l’autre côté. Elle vint lui ouvrir et la fit entrer avant de refermer derrière elle.
— Il est tard, je pensais que tu étais rentrée.
— J’avais besoin de te parler, répondit Maelle d’une petite voix.
Dev lui sourit, l’invitant à continuer.
— Je voulais te remercier pour tout ce que tu as fait. C’était adorable et touchant.
Dev la regardait en souriant, attendant qu’elle finisse. Maelle rougit, baissa les yeux un instant avant de les relever et de les plonger dans ceux de la rousse qui lui plaisait tant.
— Je voulais aussi te dire que ton cadeau…Je ressens la même chose.
S’avançant, elle s’arrêta à quelques pas de Dev. Toutes deux faisaient pratiquement la même taille, Maelle étant légèrement plus petite. Elle leva légèrement la tête et s’avança. Son cœur battait la chamade, mais ce n’était pas de peur. Plutôt d’excitation.
Lorsque ses lèvres se posèrent sur celle de Dev, une douce chaleur l’envahit toute entière. Ses bras se refermèrent sur sa taille, tandis que la rousse lui rendait son baiser l’enserrant également. Quand elles se séparèrent, plusieurs minutes plus tard, Maelle avait le souffle court, les joues rouges et les lèvres gonflées du baiser qu’elles venaient d’échanger.
— Je n’aurais jamais espéré que tu puisses ressentir la même chose que moi, chuchota Maelle. Si le hasard n’avait pas aussi bien fait les choses jamais nous n’aurions pu exprimer nos sentiments.
Un sourire mutin étira alors les lèvres de Dev.
— Ce n’était pas le hasard, glissa-t-elle.
Maelle fronça les sourcils et Dev s’expliqua.
— Le jour où l’on a fait le tirage au sort, c’est moi qui ai récupéré vos papiers, tu te souviens ?
Maelle acquiesça.
— J’ai gardé le tiens dans le creux de ma main, et j’ai fait semblant de le piocher. Je ne voulais pas que quelqu’un d’autre que moi puisse t’offrir un cadeau.
Maelle la regarda un instant, ne revenant pas de ce qu’elle entendait. Elle éclata soudain de rire avant de prendre Dev une nouvelle fois dans ses bras.
— Tu es la plus machiavélique de tous les secret santa.
— Ça te pose un souci ? demanda Dev en souriant.
Maelle secoua la tête.
— Absolument aucun.
Et sur ces mots, elle l’embrassa une nouvelle fois.


Agrandir le chat .