AccueilAccueilS'enregistrerConnexion
Le Calendrier de l'Avent 2017 c'est par ici !!

Partagez|

Un simple exposé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Un simple exposé Dim 26 Aoû - 15:27

Un simple exposé:

Une petite histoire sans prétention, juste pour me faire pardonner de ne pas avoir répondu à tous mes rps en cours.

Couple: Lysandro/Enrik.
Persos d'Otsu aperçus: Mohnn Black en professeur de français, Will Arens, Léa Black et Hana Mikk en élèves.

Si cela vous intéresse, je peux continuer sur cette idée et faire d'autres fics sur d'autres couples, hésitez pas à demander. (Si j'arrive à trouver deux minutes bien-sûr!!)

Affalé sur la pelouse qui surplombait la cour du lycée, Lysandro observait d'un oeil distrait ses camarades qui s'agitaient comme autant d'abeilles dans une ruche, tout en fumant tranquillement sa cigarette.
Comme toujours après le déjeuner, ils s'agglutinaient par petits groupes, selon leurs affinités, qui discutaient de manga, qui des derniers résultats de l'équipe de foot locale, qui de mode, tout en intégrant, au fur et à mesure, ceux qui revenaient de chez eux après un repas bien mérité.
Bien que sociable et apprécié par ses camarades, Lys participait peu à l'effervescence lycéenne d'après self. Il aimait pouvoir fumer sa clope peinard, tout en profitant du soleil de cette fin de printemps.
Au bout d'un moment, son oeil fut attiré au portail d'entrée par une chevelure outrageusement colorée de vert : Enrik Slint. Son intérêt s'éveilla et il se redressa légèrement pour voir son camarade de classe faire son entrée habituelle dans la ruche. D'un naturel expressif et bien plus que sociable, Enrik attirait à lui toute l'attention de ses camarades. Immédiatement, son lot d’admiratrices s'arrêtèrent de papoter entre elles pour aller papillonner autour de lui, essayant, sans succès, d'attirer son attention. Il leur fit, comme d'habitude, un simple sourire et un vague signe de la main avant de rejoindre sa meilleure amie Hana qu'il embrassa affectueusement sur les deux joues.
Slint Enrik. Le cauchemar de Lys.
Il prit une profonde inspiration pour calmer son rythme cardiaque qui s'était accéléré quand Enrik avait souri. Il passa alors une main tremblante de frustration dans les cheveux et reposa son regard sur la fine silhouette de son camarade de classe.
Depuis le début de l'année, ce type incarnait l'enfer sur Terre. Le corps svelte, les cheveux châtains (le vert n'étant que la dernière folie capillaire du jeune homme) et les yeux dorés hantaient les nuits de Lys. Et si cela s'était résumé à quelques rêves humides, Lys ne s'en serait pas formalisé.
Ouvertement gay, Enrik représentait pour Lys et ses camarades masculins la tentation. Il était élancé, avait les muscles finement dessinés, des yeux de biche, les pommettes hautes et une bouche à damner un saint. Et pour ce que Lys en savait, ou plutôt pour ce que les rumeurs racontaient, plus d'un avait succombé à la damnation de ses yeux dorés.
Son regard parcourra la cour et il retint un grognement en voyant tous les regards qui dévoraient le jeune homme vivant.
Ne croyez pas que la raison pour laquelle Lys n'avait jamais manifesté son intérêt pour lui était dû à sa timidité ou à son inexpérience, lui-même avait la réputation d'être un briseur de coeur bien que de son avis personnel cela était grandement exagéré, non, l'unique raison pour laquelle il ne l'avait pas fait était simplement qu'il en était bêtement tombé amoureux.
Laissez-moi vous raconter...
Avant le début de cette année, Lysandro ne s'était jamais intéressé, de près ou de loin, à un individu du sexe masculin. Pas qu'il n'en y est pas eu d'attirant dans son entourage mais voilà, cela ne l'intéressait pas. Une belle pair de hanches avait toujours eu sa préférence. C'était vrai jusqu'au premier cours de sport de l'année.
Retenu par son professeur afin qu'il l'aide à ranger, Lys avait pris sa douche après les autres. Il en était à chercher son gel quand une autre main se referma sur la sienne. Surpris son regard rencontra celui, tout aussi surpris d'Enrik. Jusque-là, pas de soucis. Après de brèves excuses de la part de son camarade qui s'était trompé de bouteille de gel douche (et pour cause, elles étaient juste à côté l'un de l'autre), il s'était retourné et Lys avait découvert le paradis : un dos fin qui descendait en une chute de reins vertigineuse et qui se terminait par une paire de fesses rebondies. La respiration de Lys s'était bloquée et son sexe avait immédiatement réagi. Il s'était alors retourné, s'était douché rapidement et était sorti de là comme s'il avait vu le diable.
Cela aurait du s'arrêter là mais pour une raison qu'il n'arrivait pas à définir, le jeune homme s'était alors invité régulièrement dans ses rêves, le laissant se réveiller plus d'une fois, suant et haletant. Et même si Lys n'était pas un foudre de guerre niveau étude, il était loin d'être idiot : il avait mis cela sur le compte de l'adolescence et des hormones. Cela l'ennuyait, certes, surtout que cela détournait son attention des jolies formes rebondies de ses camarades féminines mais cela ne l'inquiéta pas plus que cela.
Jusqu'à...
Jusqu'à ce que les rêves changent. Au milieu de ceux où Enrik lui faisait découvrir la volupté d'un corps à corps exclusivement masculin, il y eut ceux où il découvrait le simple bonheur d'être accompagné. Vous savez, ces rêves juste mielleux où vous êtes allongé sur la pelouse avec la tête de l'élu de votre coeur posé sur le ventre tandis qu'il lit ? Eh bien, ce fut ce genre de rêves là qui ébranla profondément Lys. Malgré ces quelques conquêtes féminines, jamais il n'avait eu ce genre de rêves avec l'une d'entre elles dans le rôle principal. Le premier de ces rêves survint à l'hiver, avec les premières neiges. Lys ne se souvenait que d'un bref fragment mais suffisamment pour complètement changer de regard sur le jeune homme : ils étaient dans un chalet, emmitouflés, nus, dans une couverture, juste devant le feu, discutant tranquillement tout en se regardant avec ce petit sourire de celui qui est satisfait. Enrik était assis sur ses cuisses croisés, la tête posée sur sa poitrine, tandis que Lys le regardait, les yeux entrouverts, une cigarette entre les lèvres. Une vraie scène de film romantique. Et s'il avait été au début très perturbé, Lys avait fini par se rendre comte qu'il était tombé amoureux.
La sonnerie de reprise des cours sonna, sortant le jeune homme de ses pensées.
Lys déplia son mètre quatre-vingt-dix, passa une main dans ses cheveux pour dégager les quelques boucles rouges qui dégringolaient sur son front et, après avoir attrapé son sac, prit la direction du bâtiment principal où avait lieu son cours de français.
*
Avec sa nonchalance habituelle, il laissa tomber son sac au pied de sa chaise avant de se laisser tomber lui-même dessus. Puis il se raidit quand son camarade de table prit place à ses côtés.
- Salut, lui lança doucement Enrik alors que le professeur Black fermer la porte derrière elle après que tous les élèves furent entrés.
Avec habitude maintenant, Lys le regarda du coin de l'oeil, lui fit un sourire et répondit amicalement à son bonjour, sans que rien ne trahisse son émoi. Bien malgré lui et la faiblesse distance qui les séparait, Lys pouvait sentir la chaleur du corps d'Enrik à travers le coton de son tee-shirt à manches longues.
Le professeur fit alors distribuer des polycopiés dans une ambiance bonne enfant, et, il faut le dire, assez bruyante avant de s'exprimer :
- Sur cette feuille vous trouverez une liste de livres. Qui peut me dire de quel type de littérature il s'agit ?
Lys attrapa la feuille et la parcourut du regard. Il eut une légère grimace : de la littérature romantique... A tous les coups, ils allaient bosser les spécificités de la romance dans la littérature. Oh joie !
Il y eut un silence et plusieurs mains, féminines exclusivement, se levèrent.
- Bien, je vois que tout le monde à compris de quoi il s'agissait vu les sourires et les grimaces qui viennent de s'afficher sur vos visages. Mr Maxwell pouvez-vous nous dire de quoi il s'agit.
Lys soupira discrètement : ce genre de question était inévitablement pour lui. Elle devait avoir un faible pour ses yeux vert-gris ou pour ses boucles rouges.
- De la littérature romantique Madame, répondit-il en levant les yeux sur elle.
- Très bien, Mr Maxwell. -Elle se détourna de lui et parcourut la classe du regard – Avant de faire quoique ce soit, je voudrais que vous vous mettiez en binôme et que vous étudiez un de ces livres. Sur la seconde feuille, vous trouverez une liste de question auxquelles il vous faudra répondre.
Un brouhaha s'éleva des élèves et les filles gloussèrent tout en se jetant sur les différents garçons de la classe pour travailler. Lys en repoussa un certain nombre et s'apprêta à recommencer avec celle qui posa une main sur son épaule. Mais il n'eut pas le temps ni de se tourner, ni de dire quoique ce soit que la voix d'Enrik s'éleva tout prêt de son oreille. Un long frisson remonta le long du dos de Lys.
- Tu veux bien le faire avec moi ?
S'ils n'avaient été en classe, Lys aurait très certainement compris cette petite et innocente phrase de travers.
Il avala alors sa salive pour faire passer l'arrière goût de méprise et lui jeta un coup d'oeil.
- Si tu veux, répondit-il avec tout le détachement dont il était capable en de telles circonstances, c’est-à-dire juste assez pour que sa voix ne tremble pas et que ses joues ne virent pas au cramoisi.
Il aurait bien voulu ajouter un « pourquoi moi ? » mais le professeur l'interrompit :
- C'est fait ? - Il dut avoir assez de hochements de têtes pour la satisfaire et elle reprit : Bon, Mr Arens ? Qui sera votre partenaire ?
- Léa M'dame.
- Et le livre ?
- « Le rouge et le noir », répondit en gloussant la jeune fille à la place de son camarade.
Lys était à milles lieux de ce qui se passait et réagit à peine quand le professeur l'appela.
- Mr Maxwell ?
- Hum ? Répondit-il à peine.
- Votre partenaire ?
- Ah... Enrik M'dame, répondit-il en se redressant, un peu honteux d'avoir été surpris en train de rêvasser.
Et après un silence où le professeur semblait attendre quelque chose, elle l'interpela à nouveau :
- Mr Maxwell, le livre choisi ? Demanda-t-elle avec une pointe d’exaspération tandis que ses camarades riaient sous cape.
Il allait lui répondre « quel livre ? » quand Enrik le coupa :
- « Le portrait de Dorian Gray », Madame.
- Bien.- Elle griffonna quelque chose avant de lever les yeux vers un autre élève.- Mr Swann ?
Lys se désintéressa du reste et se tourna vers Enrik.
- « Le portrait de Dorian Gray » ? Murmura-t-il doucement. Tu aurais pu me demander, non ?
Enrik haussa les épaules.
- J'ai essayé. Ça te dérange ?
La petite pointe d'hésitation tout à fait adorable dans la voix d'Enrik annihila toute volonté d'argumenter de Lys. Il secoua la tête.
- Non. Je ferais avec.
Le cours reprit sur les différentes catégories de romance dans la littérature et, pour Lys, la journée se termina dans un brouillard épais où l'avait jeté la perspective de devoir travailler en collaboration avec Enrik.
*
Il fut convenu qu'ils liraient le livre chacun de leur côté et, dès que cela serait fait, ils répondraient ensemble au questionnaire.Il ne fallut pas longtemps à Lys pour le lire. Il aimait trop cela pour bouder un livre, peu importait lequel. Seulement, malgré le caractère bien plus fantastique que romantique, il fut retourné par la dite romance que contenait le livre. Quand il se fut rendu-compte du caractère homosexuel de l'ouvrage, il pesta longuement contre Enrik. Déjà qu'il avait du mal à garder les idées claires en sa compagnie mais en plus, travailler sur ce sujet n'allait pas arranger les choses.
Aussi attendit-il le dernier moment pour dire à Enrik qu'il avait terminé après l'avoir refoulé plusieurs fois au cours deux semaines qui avaient suivi le début du devoir.
*
Il accepta de venir passer le week-end chez Enrik, persuadé de la présence de sa famille ainsi que par le fait qu'ils n'étaient que camarades de classe, espérant ainsi ne pas partager la chambre du jeune homme.
Oh combien se trompait-il !! Mais il ne pouvait honnêtement pas dire qu'il était déçu.
Quand il arriva chez Enrik le samedi après-midi, il salua ses parents et son petit frère qui partaient en week-end chez les parents de Monsieur.
Une fois seul, il se tourna vers Enrik :
- On est seul ce week-end ?
- Oui, lâcha Enrik. Tu me sauves d'un week-end particulièrement ennuyeux. Tu veux boire quelque chose avant de commencer ?
Lys se frotta la nuque. Il était partagé entre l'envie de fuir et l'espoir totalement idiot qu'il pourrait se passer quelque chose entre eux. Il repoussa mentalement cette idée. Rien de sérieux ne pouvait en sortir.
- Ouais, si t'as un café, je veux bien.
Il le suivit dans la cuisine, les yeux rivés sur le balancement de ses hanches. Ce week-end allait être une vraie torture pour ses sens et pas que.
- Sucre ? Lait ? Demanda Enrik, plié en deux en farfouillant dans le placard, inconscient de la vue qu'il offrait à Lys. Celui-ci mit un peu de temps à répondre occupé qu'il était à calmer ses hormones affolées.
- Deux sucres et un peu de lait s'il te plait.
Bon sang ! Il commençait à avoir sérieusement chaud et ce n'était que le début. Enrik se redressa et lui tendit la tasse fumante tandis qu'il avait lui-même un verre de jus de fruit à la main.
Après quelques minutes de silence, il lui demanda s'il avait apprécié le livre.
- Oui bien que je ne comprenne pas pourquoi elle l'a mis dans une liste de livres romantiques.
Enrik haussa les sourcils, semblant s'étonner qu'il n'ait pas compris.
- Oh... eh bien, ça me semblait assez évident pourtant. C'est pas grave, on s'y met ?
Il n'attendit pas sa réponse avant de sortir de la cuisine. Lys le suivit à l'étage jusque dans la chambre du fond. Là, ce fut le choc. Il imaginait Enrik ordonné et très propre mais la chambre qui s'étalait devant lui n'avait rien à envier à la sienne. Autant pour les préjugés maniaques sur les homos. Enrik leur fit une place en poussant le bazar ambiant sur les côtés, dégageant son lit et son bureau. Le jeune homme se vautra sur sa couche tandis que Lys prit place au bureau.
- Tu as une plus belle écriture que moi, je te laisse donc le soin d'écrire ? Lui lança-t-il avec un sourire plein d'innocence.
Lys ferma les yeux en soupirant, plus pour refouler la chaleur que faisait naître ce sourire que de désaccord.
- Si tu veux, murmura-t-il en se baissant pour sortir ses affaires de son sac.
- Cool ! S'écria son camarade avant de rouler sur le côté pour aller récupérer ses propres affaires.
Un sourire en coin fleurit sur les lèvres de Lys.
- Je veux bien écrire mais tu dicteras.
Il ne s'agissait pas d'une question. Enrik perdit son sourire et fit la moue.
- T'es dur là !
Ce fut où tour de Lys de rire et cela lui fit du bien. Quand il croisa le regard dorée, une douce entente s'était formée. Les yeux dorés pétillaient de malice et Lys était sûr que les siens aussi.
*
Ils finirent tard dans la soirée.
- Je ne pensais pas que cela prendrait autant de temps, grogna Enrik en s'étirant et retomba lourdement sur le lit.
- Moi non plus, souffla Lys en ôtant les lunettes qu'il avait finies par sortir quand il avait senti ses yeux se fatiguer puis il se massa la nuque, tendue à force d'écrire.
Il y eut une minute de silence. Un peu étonné, Lys se tourna vers Enrik et surprit un regard indéchiffrable avant que celui-ci ne s'illumine à nouveau.
- Faim ?
Lys oublia bien vite l'étrange expression de son camarade et son visage s'illumina.
- Je pourrais avaler un boeuf !!
- Ok, on va commander des pizzas.
Enrik sauta de son lit et sortit de la chambre. Lys le suivit plus calmement. Il était courbaturé d'être resté assis aussi longtemps.
- Tu veux quoi ? Lui parvint la voix d'Enrik alors qu'il descendait les escaliers.
- Un truc salé-sucré, genre orientale ou australienne s'ils ont !
- Ok !!
Au bas de l'escalier, il trouva Enrik dans le salon, sur sa droite. Il l'écouta passer commande tout en allant s'asseoir sur un des fauteuils qui meublaient la pièce. Il soupira de bien-être au contact du moelleux de son siège.
- Tu veux boire une bière ?
Lys regarda au-dessus de lui. Enrik était accoudé au dossier du fauteuil et le regardait par au-dessus. Le coup de barre qu'il subissait lui épargna la gêne d'être aussi proche du jeune homme.
- Ouais, je veux bien.
Enrik disparut et Lys ferma les yeux. Il était crevé. Il n'était pas loin de s'assoupir quand il sentit un truc frais sur sa joue. Il n'eut même pas la force de sursauter. Il ouvrit juste les yeux et prit la bière que lui tendait son camarade. Il le regarda aller s'asseoir aussi puis il ouvrit la bière et s'en envoya une bonne lampée. Que ça faisait du bien !
- T'as l'air crevé, dit Enrik après avoir lui-même bu sa première gorgée.
- Ouais, soupira Lys. Resté assis aussi longtemps ne m'a jamais été bénéfique.
Enrik se redressa comme un diable qui sortait de sa boîte.
- Tu aurais du me le dire !! On aurait fait une pose.
Lys balaya les inquiétudes de son camarade d'un vague geste de la main puis il sortit son paquet de cigarette.
- Je peux ?
- Ouais, répondit Enrik en poussant le cendrier propre qui trônait sur la table basse qui les séparait.
Il ne se fit pas prier. La première bouffée sembla le ranimer. Il eut un petit soupir satisfait. Il la fuma tranquillement, les yeux fermés, en silence. Il sentait le regard d'Enrik sur lui mais il n'avait pas le courage de le confronter.
- On fait quoi ce soir puisqu'on a fini ? Finit-il par demander quand il eut terminé sa cigarette.
- J'ai loué quelques films dont le dernier tiré de « Dorian Gray ».
- Sérieux ? Dit Lys en ouvrant un oeil.
- Ouais, je pensais pas qu'on finirait aussi vite alors je me suis dit que ça pourrait peut-être nous filer un coup de main de le voir.
- Ça peut être intéressant, lâcha Lys après avoir bu longuement.
Franchement, il n'en était pas très sûr, non, il n'était même carrément pas chaud pour le voir mais s'il disait non à Enrik il devrait se justifier.
Ils furent coupés par la sonnette.
- Déjà les pizzas, s'étonna Lys.
- C'est juste à côté ! Du coup, on les a très vite, lui lança-t-il en se précipitant à la porte d'entrée.
Cela laissa le temps à Lys de se replonger dans son esprit. Le devoir avait repoussé ses inquiétudes concernant le week-end et maintenant, elles revenaient plus vives encore. Seul, avec Enrik, pour une soirée télé ? Sérieux ? Comment allait-il s'en sortir sans faire d'impair ?
Enrik revint les bras chargés de pizzas.
- Suis-moi, on va aller se coller devant la télé.
Lys s'extirpa du fauteuil et, prit sa suite, sa bière à la main.
Il y avait une pièce réservée pour la télé. Une pas très grande, meublée d'un meuble télé avec la télé et tous les appareils nécessaires (consoles, home-cinema, box...), un canapé, deux fauteuils et une table basse. Les murs se couvraient de bibliothèques, pleines de DVDs, livres, jeux...
Les pizzas étaient déjà sur la table basse tandis qu'Enrik lançait un DVD. Lys se laissa choir au sol, le dos contre le canapé, en face de la télé. Il étira ses longues jambes sous la table basse et soupira de contentement.
- On mate quoi en premier ? Demanda-t-il alors qu'il inspectait l'intérieur des boîtes de pizza.
- « Die Hard 4 ». Je l'ai déjà vu mais pour bouffer, ça le fait bien, non ?
- Hum, lâcha simplement Lys tout en extrayant une première part de sa pizza.
Enrik sortit et revint quelques instants après, un paquet de bière sous le bras. Il éteignit la lumière et vint rejoindre Lys. Il se laissa tomber sur le canapé et s'ajusta jusqu'à toucher l'épaule de Lys de son genou. Celui-ci eut une brusque vague de chaleur qui lui remonta jusqu'aux joues mais il ne voyait aucune raison valable de s'écarter sans paraître étrange. Quand il fut calmé, il jeta un bref coup d'oeil à son camarade mais celui-ci avait les yeux rivés sur le film qui commençait.
Ils s’empiffrèrent jusqu'à ne plus en pouvoir tout en suivant avec intérêt les déboires de Willis et de sa fille. Ils burent pas mal aussi, détendant sensiblement Lys qui se laissait doucement aller à des gestes qu'il n'aurait osé sobres, tel que, une fois repu, caler sa tête contre la cuisse d'Enrik.
A la fin du film, Lys se frotta les yeux.
- Merde, il me faut mes lunettes.
- Tu veux que j'aille te les chercher ? Demanda Enrik alors qu'il s'était déjà levé pour changer de film.
- Non, répondit Lys en se levant.
Se redresser lu arracha une grimace. La douleur à la nuque qui s'était déclaré plus tôt dans la journée n'avait fait qu'empirer. Il passa une main sur elle, essayant de soulager la douleur.
- Ca va pas ? S'enquit son camarade.
- Si, si... Juste la nuque raide, avoua quand même Lys devant le regard concerné que posait Enrik sur lui.
Il alla chercher ses lunettes sans attendre une quelconque réponse et redescendit rapidement. Le nouveau film était lancé et mit en pause tandis qu'Enrik l'attendait assis sur le canapé, un coussin posé au sol entre ses jambes écartées.
- Viens là. Je vais te masser un peu, ça te soulagera.
- Non, non ! Pas la peine, je.... , répliqua Lys, les mains s'agitant devant.
- C'est bon, ça me fait plaisir, le coupa Enrik, laissant Lys incapable de se sortir de ce mauvais pas.
Et si sa raison lui hurlait que ce n'était pas, mais alors pas du tout une bonne idée, le reste de son corps semblait penser le contraire et bougea vers le coussin qui l'attendait sans son accord. Il se laissa tomber entre les jambes d'Enrik et celui-ci lança le film avant de poser ses mains, couvertes d'huile sur sa nuque.
Lys ne put retenir le grognement de satisfaction que cela lui procura. Les doigts agiles d'Enrik courait sur sa peau, détendant un à un les muscles endoloris, lui arrachant de plus en plus de soupirs extatiques. Ce ne fut donc qu'au bout de quelques minutes que Lys s'intéressa au film et il comprit immédiatement de quoi il s'agissait. « Dorian Gray ». Mais cela lui paraissait à présent moins grave qu'il ne l'avait cru. Pas avec les mains d'Enrik qui dansaient sur ses épaules.
Il suivit le film sans trop y faire attention, le massage te la fatigue aidant, il s'assoupissait doucement. Aussi ne se formalisa-t-il pas quand les mains quittèrent enfin ses épaules et que des doigts faisaient leur apparition dans ses cheveux. Non, au contraire, il soupira sous la caresse. Il avait toujours aimé ça et il ne réalisa absolument pas. Puis un faible murmure brisa la bulle dans laquelle il était plongé.
- Tu sais que tu es mignon avec tes lunettes ? Murmura Enrik juste au-dessus de lui.
Il pencha la tête en arrière et son regard rencontra celui du jeune homme. Ce fut là qu'il remarqua la main toujours dans ses cheveux, les cuisses légèrement resserrées sur ses épaules, le regard doré qui brillait et les lèvres humides étirées en un doux sourire à quelques centimètres des siennes. Il en resta figé, en proie à un maelström de sentiments contradictoires qui s'agitaient dans sa poitrine.
Il y eut ce qui lui sembla être une éternité de silence avant qu'Enrik parle de nouveau.
- Tu me plais, tu sais, souffla-t-il doucement alors que ses doigts se déplaçaient sur sa joue.
Ce fut comme un électrochoc pour Lys. Il écarta vivement la main qui lui caressait la joue et se leva brutalement. Il s'écarta du canapé, se cognant au passage à la table basse mais ne le remarqua même pas et leva les yeux sur Enrik. Les yeux de celui-ci étaient écarquillés de surprise, ne comprenant à première vue pas la vive réaction de Lys.
Celui-ci se passa les mains dans les cheveux et sur la figure pour se sortir de cette légère brume d'alcool et de bien-être où il se trouvait. Il était incapable de dire ou de faire quoique ce soit d'autre pas avec le coeur battant à vive allure et ni cette boule bloquée au fond de sa gorge.
Cette fois, le silence qui suivit fut tendu et ce fut Enrik qui craqua le premier.
- Mais... Je croyais que...
- Tu croyais quoi Enrik ? Le coupa Lys, un peu agressif, un peu perdu aussi.
Le jeune homme se recroquevilla un peu et laissa son regard errer devant lui.
- Je croyais que tu..
- Que je quoi ? Aboya-t-il, défendant comme il pouvait son coeur qui n'allait pas tarder à exploser.
Enrik se tendit brusquement et son regard s'assombrit en se posant sur Lys. Il se leva à son tour et explosa.
- Que tu quoi ? Tu crois que je n'ai pas remarqué ton manège Lys depuis le début de l'année ? Tu me regardes tout le temps, à côté de ça tu m'évites au maximum, tu ne m'adresses la parole qu'en cours et encore, uniquement si MOI je te parle !! Je sens ton regard sur moi tout le temps et j'en deviens fou que tu n'oses pas !! Tu sais combien ça fait de temps que j'attends que tu te décides moi ?! Hein ?! Trois ans Lys !! TROIS PUTAIN DE LONGUES ANNEES !! Et si je ne bouge pas maintenant, dans deux mois on ne se verra plus ! Dans quelques semaines c'est le bac Lys ! Je ne sais même pas dans quelle fac tu vas ? Et comment le saurais-je, hein ?! Merde je t'....
Lys avait déconnecté au « TROIS PUTAIN DE LONGUES ANNEES », tout se mettant en place dans sa tête. L'incident donc dans les douches en début d'année n'avait rien eu d'accidentel... Ses yeux s’écarquillèrent et quand Enrik allait prononcer les trois mots fatidiques, il avait raccroché et avait posé sa main sur sa bouche en même temps qu'il avait enfermé ses épaules dans une étreinte possessive.
Son choix était fait et cela devait se lire dans son regard. Il inspira profondément, c'était à son tour de se jeter. Il ancra ses yeux dans ceux humides d'Enrik et murmura :
- Je ne serais pas un trophée sur un tableau de chasse, je ne serais pas le petit ami que l'on cache et je ne serais pas gentil si tu te fous de moi. Quand je donne Enrik, je donne tout. Mais si je donne, je prends, je prends tout : ton corps, ton coeur, ton âme. Je ne laisserais rien pour personne d'autre. - Lys ne pouvait pas croire ce qu'il était en train de dire. Il retint le grondement qu'il sentait monter juste à évoquer que quelqu'un d'autre puisse vouloir Enrik.-
Un faible gémissement, étouffé par sa main, le coupa net dans sa propre déclaration. Il remarqua alors la chaleur dans les orbes dorés et retira doucement sa main qu'il posa sur la mâchoire du jeune homme. Celui-ci avait le souffle légèrement court, les yeux mis-clos et les lèvres entrouvertes. Le sang de Lys ne fit qu'un tour et captura cette bouche qui le tentait depuis bien trop longtemps. Il fut doux d'abord mais le besoin et la frustration le rendit rapidement furieux. Lys souleva Enrik dans ses bras sans lâcher ses lèvres et l'emmena avec lui jusqu'au canapé où il se laissa tomber, son petit ami sur ses cuisses.
Quand Enrik se recula légèrement, il avait retrouvé tout son espièglerie et un large sourire illuminait son visage.
- Tu sais, dit-il en jouant avec une mèche rouge à porter de ses doigts, si j'avais un tableau de chasse, tu serais ma première pièce.
L'étonnement dut se lire sur le visage de Lys puiqu'Enrik gloussa.
- Tu as cru toutes ces rumeurs au bahut, hein ?
Lys sentit ses joues se colorer ce qui amusa un peu plus le jeune homme assis sur ses cuisses.
- Désolé, je...
- T'en fais pas, je me fous en fait. Mais dis-moi, c'est quand même pas ça qui t''empêché de...
Gêné, Lys se frotta la nuque et détourna légèrement le regard.
- Si. Je ne pensais pas que tu veuilles une relation sérieuse avec quelqu'un.
La bouche d'Enrik s'ouvrit sur un « Oh ! » muet. Puis un sourire niais le remplaça.
- Une relation sérieuse hein ?
Le visage de Lys s'embrasa littéralement, amusant Enrik. Puis le regard doré s'adoucit.
- Si, ça me plairait bien une relation sérieuse, surtout avec toi.
Il ne laissa pas le temps à Lys de dire quoique ce soit et l'embrassa.

Lys Maxwell

avatar



Localisation : Otsu


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un simple exposé Dim 26 Aoû - 16:27

J'adore x) ! Perso je suis pour en lire d'autre ! Mais pour l'instant j'ai pas trop d'idées ;)
Mohnn Black

avatar

Admin


Localisation : Otsu

http://otsu.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas

Un simple exposé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» AVIS DE RECHERCHE !!!!! LE PASSE SIMPLE AU PASSE COMPOSE !» Un simple POEME qui dit tant de notre SORT :Le loup et le chien» La Dernière Maison Simple» Deux poèmes très simple» « Timide ne veut pas dire simple d'esprit. »
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Village d'Otsu :: Au Commencement d'Otsu :: Histoire d'Otsu-
Sauter vers: